Chargement ...
Les-actualités-good

CAPITAL-ENVIRONNEMENT

Enjeu majeur de notre ère, la transition énergétique suppose des moyens financiers dantesques, que peu d’Etat sont en mesure de dégager du fait des équilibres budgétaires actuels. Au-delà de la finance, la gestion de ces projets d’infrastructure d’envergure requiert des compétences spécifiques. Ainsi, l’argent privé tend à supplanter l’argent public sur cette thématique, en témoigne la dernière levée de fonds de 28 milliards de dollars de la société de gestion canadienne BROOKFIELD. En comparaison, le budget 2023 du Ministère de la Transition écologique en France était de 19 milliards d’euros.

Afin d’appuyer ce propos, nous vous proposons le commentaire de Monsieur Philippe TRAINAR, Professeur titulaire de la chaire assurance au CNAM et membre du Cercle des Economistes.

Les études sur la transition climatique se multiplient répétant invariablement le message selon lequel cette transition supposerait un important investissement. (…). Le rapport Pisani-Ferry évoque ainsi un consensus tournant autour d’un besoin total d’investissement supplémentaire de l’ordre de 2 à 3% du PIB par an jusqu’en 2050 (60-80 milliards d’euros).

Or, en 2022, l’Union européenne et ses 27 États membres n’ont versé qu’une contribution que d’une trentaine de milliards d’euros pour financer la lutte contre le changement climatique, auquel il faut ajouter plus d’une dizaine de milliards d’euros en financement privé afin d’aider les pays en développement.

Naturellement, ces estimations du besoin en investissement sont purement spéculatives. Elles sont extrêmement fragiles : qui peut savoir quelle est l’ampleur des investissements nécessaires pour mettre au point une technologie de décarbonation économiquement viable ? qui peut chiffrer les investissements nécessaires pour promouvoir l’hydrogène comme énergie alternative ? etc. La seule chose dont nous soyons vraiment sûrs est que nous avons besoin d’un très grand nombre d’innovation pour assurer une transition énergétique complète, qui nous permette de sortir des énergies non-renouvelables et de d’assurer le succès de la stratégie Net-Zéro.

Décideurs et experts donnent aujourd’hui l’impression qu’ils attendent cette transition des acteurs en place. Le lobbying des ONG vise ainsi à faire pression sur les grandes entreprises établies, notamment sur les entreprises cotées, pour qu’elles mettent en place des stratégies crédibles de sortie inconditionnelle des énergies non-renouvelables. (…)

De fait, les percées technologiques de ces dernières années ont été quasi-exclusivement réalisées par des entreprises non-cotées, dans des laboratoires universitaires ou dans des start-ups, notamment californiennes. En outre, les percées réalisées par les entreprises établies, quand il y en a eu, se sont faites à partir d’entités séparées, organisées comme des start-ups. C’est là tout le secret alchimique de l’innovation. (…)

Mais, comment savoir aujourd’hui quel sera le montant d’investissement nécessaire à ces start-ups pour découvrir les solutions énergétiques décarbonées du futur ? (…)

Nous ne sommes déjà pas d’accord sur ce que seront ces solutions, comment être d’accord sur les montants financiers nécessaires ? C’est pourquoi la transition climatique ne passe pas plus par les stratégies planifiées d’investissement des grandes entreprises et des entreprises en place, que par des financements traditionnels, sous forme de bénéfices réinvestis, d’émissions d’obligations cotées ou de crédits à l’investissement.

Elle passe par le « private equity » qui est seul capable de financer puis de contrôler ensuite des prises de risque aussi importantes que celles que présuppose la transition climatique, et cela en dehors de toute planification préétablie, par définition trompeuse. En un mot, le private equity et ses acteurs sont les mieux placés pour financer la transition climatique et en contrôler la gestion performante, quand la finance traditionnelle et ses acteurs ont peu de chances d’y réussir.

Les différents acteurs concernés ne s’y sont pas trompés, contrairement aux Etats et aux lobbies. Selon une étude récente de White & Case, les entreprises du secteur énergétique sont 40% à prévoir de financer leur transition énergétique à l’aide du private equity tandis qu’elles sont 45% à confesser que le private equity serait leur option préférée.

Elles considèrent en outre que, loin d’être un long fleuve tranquille, la transition climatique constitue un risque majeur en termes de compétitivité, qui appelle des modes d’action, d’organisation et de financement spécifiques, adaptées aux enjeux technologiques sous-jacents et à la prise de risque massive que ces enjeux présupposent.

Il est clair que l’épargnant traditionnel et l’actionnaire traditionnel, qui sont averses au risque, en cohérence avec leurs contraintes financières, ne sauraient être les financeurs de la transition climatique et de l’innovation technologique qu’elle présuppose. Celles-ci relèvent bien plutôt d’un sous-ensemble plus étroit d’investisseurs, qui non seulement aime le risque mais qui sait aussi contrôler la prise de risque technologique par les entreprises, et qui correspond aux fonds de private equity. 

Chez PLUSVALUE CONSEIL et ce depuis plus de 8 ans, nous sommes à même de vous présenter les caractéristiques, avantages et inconvénients des solutions de l’univers du private equity, en ce compris celles ayant principalement un objectif durable et/ou étant liées à la thématique des infrastructures de demain.

Le point marché :

Au niveau de nos portefeuilles, sur le mois de décembre, les contrats d’assurance dont nous assurons la gestion sont homogènes et se sont globalement appréciés.

Les portefeuilles « prudents » et « équilibrés » des contrats domiciliés en France sont respectivement en hausses moyennes cumulées de +2,33 % bruts et hausses moyennes cumulés de +1,77 % bruts. Les portefeuilles « modérés » domiciliés au Luxembourg ont également augmenté de +2,16 % bruts en moyenne sur décembre.

L’Equipe de veille économique de PlusValue Conseil

Retour à la liste

PEKIN FAIBLESSE

05.02.2024

La montée fulgurante de la Chine en tant que puissance économique majeure est l’un des phénomènes les plus significatifs de l’économie mondiale des dernières décennies. Cette transformation, qui a pris...

Lire la suite

CAPITAL-ENVIRONNEMENT

08.01.2024

Enjeu majeur de notre ère, la transition énergétique suppose des moyens financiers dantesques, que peu d’Etat sont en mesure de dégager du fait des équilibres budgétaires actuels. Au-delà de la...

Lire la suite

SUFFIRA-T-IL D’UNE ETINCELLE ?

06.12.2023

De la « Start-Up Nation » à la « Stratégie Nation ETI », le Gouvernement multiplie les discours pro-entreprises depuis sa prise de fonction. Sur cette lancée, le nouveau plan « ETIncelles » tend à fluidifier...

Lire la suite