Chargement ...
Les-actualités-good

UN ETE A ENJEUX…

Malgré l’essoufflement, l’économie mondiale poursuit son cycle de croissance…

La croissance mondiale bénéficie toujours d’une base positive, comme nous l’avons développé dans nos dernières lettres d’informations financières. Mais elle est fragile et dépendra d’un certain nombre de paramètres qui, au cours des prochains mois, vont déterminer la tendance future.

Comme nous l’avons déjà évoqué, les échanges commerciaux mondiaux sont un facteur important de l’activité économique. Depuis que le président Trump a lancé sa bataille commerciale contre différents pays et en particulier contre la Chine, les effets négatifs sur la croissance sont dès à présent manifestes.  C’est l’industrie qui souffre le plus de ce conflit, en raison de la diminution des échanges internationaux et de la crainte des chefs d’entreprises qui réduisent ou reportent leurs investissements. Les récents chiffres industriels dans le monde et notamment aux Etats–Unis, sont décevants et resteront, à l’évidence, très liés à un éventuel accord commercial. Donald Trump, qui entre dans sa campagne de réélection, sait qu’il prendrait un grand risque si un accord n’aboutissait pas. Des pans entiers de l’industrie américaine seraient touchés. Un boycott des grandes sociétés technologiques américaines de la part des Chinois pourrait également survenir. C’est pourquoi nous tablons toujours sur un accord d’ici à la fin de l’année, hypothèse renforcée par une rumeur de gel des 300 milliards de taxes US lors du sommet du G20 du Japon la semaine passée…

Un autre front devra être surveillé, celui de l’Iran et, par extension, du pétrole. Là aussi les prochaines semaines s’annoncent animées. Un conflit dans cette région entrainerait certainement une envolée de l’or noir. A l’heure où la consommation reste le vecteur principal de la croissance dans le monde, une telle évolution serait néfaste pour le pouvoir d’achat des ménages et pour l’activité.

Enfin, pour nous européens, la lancinante saga du Brexit devrait (enfin !) connaitre son épilogue au mois d’octobre. Un « no deal » serait surtout néfaste pour les Anglais, mais l’Europe serait également impactée. Nous avons de trop nombreuses fois espéré un accord pour parier aujourd’hui sur une issue positive…

Par ailleurs, l’absence d’inflation dans les grands pays industrialisés est l’autre élément déterminant. Il pousse les taux d’intérêt à des niveaux très faibles et même négatifs dans certains pays (Allemagne, Suisse, France pour la première fois,…). Il donne également aux banques centrales toute latitude pour piloter leurs politiques monétaires de manière très accommodante. Les discours de la réserve fédérale US et de la Banque Centrale Européenne laissent entendre qu’ils n’hésiteront pas à agir davantage en cas de nécessité. Une nouvelle phase de vents monétaires favorables vient de s’ouvrir à en faire presque oublier les négociations sur les accords commerciaux…

Au niveau de nos portefeuilles…

Aujourd’hui les marchés financiers semblent se départir des risques économiques et géopolitiques. Ils sont tenus par la largesse des politiques monétaires et par une économie mondiale globalement résiliente. On ne combat pas les banques centrales, selon l’adage boursier. C’est pourquoi, en dépit des risques évoqués, nous restons investis sur les mêmes classes d’actifs.

Sur le mois de juin, le marché actions a été moins chahuté qu’au mois de mai, et reste toujours positif depuis le début de l’année. Comme nous venons de l’évoquer, les tensions demeurent, les risques sont identifiés et nous souhaitons conserver un certain équilibre dans nos portefeuilles qui vont peut-être faire l’objet de mouvements pour les déclinaisons prudentes dans les semaines qui viennent.

Depuis le début de l’année, la performance nette du portefeuille prudent est d’environ +2,13% pour les contrats français et +3,92% au Luxembourg et +5.12% pour son homologue équilibré des contrats d’assureurs français (qui ont fait l’objet d’un arbitrage de sécurisation en mai) et +6,20% pour ceux domiciliés au Luxembourg qui bénéficient des faibles frais de gestion des trackers (fonds indiciels non accessibles dans les contrats domiciliés en France).

En ce qui concerne l’allocation de nos portefeuilles, nos convictions n’ont pas beaucoup évolué depuis le mois dernier. Nous avons maintenu l’équilibre de nos portefeuilles. Ceci nous a conduits à conserver notre allocation d’actifs tant en termes de classes d’actifs que de zones géographiques :

  • Actions : Nous maintenons nos positions. Nous conservons nos allocations sur la base du marché actions « value » qui a beaucoup souffert l’an passé et qui présente souvent de meilleures perspectives en fin de cycle. A noter aussi que les marchés européens et émergents, décotés eux-aussi, présentent toujours une prime de risque attractive. Ceci dit, les réactions de marché du mois de mai dernier nous incitent à rester toujours vigilants ;
  • Obligations : Nous restons globalement négatifs sur les perspectives. La pondération post-arbitrage de novembre dernier tient compte de cette tendance ;
  • Liquidités : Lorsque les marchés restent volatils, il pourrait être utile de pouvoir disposer des liquidités mises de côté à déployer en cas d’opportunités d’achat à court terme ;
  • Immobilier : Nous pensons toujours que la valorisation de l’immobilier restera favorable tant que la hausse des taux d’intérêt n’aura pas infléchi sa tendance en Europe. Nous pensons donc disposer de 18/24 mois de « détente » devant nous, selon toute vraisemblance.

Toujours déterminée à réaliser une prestation globale de qualité, l’équipe du cabinet reste à votre disposition pour tout complément d’information.

Très bel été à toutes et tous !

                                                                       L’équipe de veille économique de PlusValue Conseil

 

Retour à la liste

SOUFFLER N’EST PAS JOUER !

04.12.2019

Quelle diversion va-t-il falloir anticiper ? Point d’empressement à la réjouissance : c’est peut-être le leitmotiv qui restera des « années Trump » sur les marchés. Il faut se rendre à...

Lire la suite

LES MARCHES SONT-ILS DEVENUS INSENSIBLES ?

13.11.2019

Un effet de ciseau difficile à interpréter Il ne faut pas à notre sens se laisser aveugler par la dynamique positive des marchés de la fin du mois d’octobre. La perspective...

Lire la suite

LA PRUDENCE EST TOUJOURS DE MISE !

10.10.2019

Récession ou passage difficile ? L’environnement économique et politique est morose et la tendance est toujours à la dégradation. Nous n’anticipons pas de récession sur un horizon prévisible mais ne voyons...

Lire la suite
Merci de recharger la page